Le laboratoire qui protège les monuments historiques
Suite à l'épidémie du CoVid-19 et à la mise en place du télé-travail de l'ensemble de nos équipes, nous vous invitons à nous contacter de préférence par e-mail.

En savoir plus sur la Loi Monuments Historiques

Le laboratoire qui protège les monuments historiques

Le laboratoire qui protège les monuments historiques : Champs-sur-Marne


 Le laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH) financé par le ministère de la Culture se trouve à Champs-sur-Marne. Le LRMH, a obtenu depuis le 1er décembre son habilitation pour diriger des recherches (HDR). Auparavant, le laboratoire encadrait 10 à 15 doctorants. En 2016, il comptabilisait 260 fiches provenant de monuments historiques classés. Sa mission principale est de répondre à ces requêtes et de répondre aux problématiques atypiques. Aline Magnien, la directrice du laboratoire a d’ailleurs déclaré « Nous n’accueillons pas d’œuvres in situ. Nos vingt-trois scientifiques se déplacent sur les monuments. Cette année, nous avons travaillé par exemple sur le portail central de la cathédrale de Reims ou les peintures murales de la salle capitulaire de la cathédrale de Chartres. Nous avons aussi un programme de recherche sur la mérule (un champignon qui avait provoqué l’effondrement du plafond du salon chinois du Château). »  

Le laboratoire qui protège les monuments historiques : ses outils


Concernant le matériel utilisé par le laboratoire il ne s’agit que de matériels de pointe : une centaine d’instruments scientifiques tels que microscope à balayage ou encore caméra à infrarouge. Ces outils permettent de déterminer les composants des matériaux, d’anticiper leur évolution dans le temps ou encore de veiller à leur conservation. Sachez que le laboratoire est ouvert au public lors des journées du patrimoine.