Le Sacré-Cœur classé monument historique

En savoir plus sur la Loi Monuments Historiques

Le Sacré-Cœur classé monument historique

Le Sacré-Cœur classé monument historique : son histoire


C'est le deuxième édifice religieux le plus visité après la cathédrale Notre-Dame de Paris, toutefois cet édifice suscite pour certain une véritable hostilité.
À l’origine de sa création, la France vient de perdre face à la Prusse qui à d’ailleurs récupéré une partie de l’Alsace et de la Lorraine. Cette suite de malheurs est perçu comme une punition divine et il faut donc se faire pardonner. Le Sacré-Cœur apparait comme le moyen d’expier les péchés imputés à la Commune. Pour les partisans de la Commune, il est encore plus difficile de voir s’ériger cette basilique, symbole de l’obscurantisme le plus totale, à l’endroit où ont débuté les événements de la Commune. «Les communards voient cet édifice religieux comme un lieu d’asservissement des masses. Ils sont pour la séparation de l’Eglise et de l’Etat», détaille le père Jacques Benoist, historien et auteur de plusieurs ouvrages sur le Sacré-Cœur.



Le Sacré-Cœur classé monument historique : le projet


Le 13 octobre, la Commission régionale du patrimoine et de l’architecture d’Ile-de-France a voté son inscription aux monuments historiques et demande, à ce titre, à la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, son classement. Selon le ministère de la culture, c’est à « une mauvaise lecture de l’histoire » que le Sacré-Cœur doit de ne jamais avoir été classé.



Le Sacré-Cœur classé monument historique : le débat


Longtemps, la basilique a été associée aux événements de la Commune de Paris, la croyance publique laissant entendre que son édification avait été décidée pour « expier les crimes des communards ». Au regard de la mémoire collective parisienne,  certains ne portent pas l’édifice dans leur cœur dans leur cœur.