Pour tout comprendre des immeubles haussmanniens

En savoir plus sur la Loi Monuments Historiques

Pour tout comprendre des immeubles haussmanniens

Pour tout comprendre des immeubles haussmanniens : une histoire politique, sociale et économique


Face au modernisme de l’architecture anglaise, Napoléon III décida de redonner de sa superbe à Paris. En effet, la ville est étriquée propice aux « miasmes » et favorise les épidémies en tout genre. Les ruelles sont parfois insalubres et truffées de coupe-gorges. Outre le vrai problème d’hygiène, l’insécurité grandit à Paris. 

En 1853, Napoléon nomme ainsi Eugen Hausmann qui a la lourde responsabilité de transformer Paris en un temps record. 17 ans c’est le temps qui lui a fallu pour littéralement réformer la capitale. En revanche, il sera destitué en 1870, en raison des dérives et du coût énorme de son projet. • 64 kilomètres de voies ont été construits, • 20.000 immeubles détruits, 30.000 érigés, • 80.000 arbres ont été plantés, • 600 kilomètres d'égouts ont été percés.

Eugen Hausmann aussi appelé « l’Attila des expropriations » est un homme ambitieux qui aime l’ordre d’où le caractère rectiligne des immeubles haussmanniens qui représentent aujourd’hui près de 60 % des constructions de la ville. Extraordinairement moderne, le style haussmannien est intemporel. C’est aussi l’explication de l’homogénéité des façades haussmanniennes. Toutes devaient être construites en pierre de taille (provenant de chantiers proches de Paris) et avoir la même hauteur (maximum 18 mètres pour 6 étages).

Le toit des immeubles haussmanniens est obligatoirement couvert de plaques de zinc (économique, facile à découper et symbole de modernité pour l’époque). Si le style haussmannien est davantage représenté dans certains arrondissements plutôt que d’autres, c’est parce qu’Eugen Haussmann voulait « aérer » la ville. Il a fait le choix de démolir certains immeubles déjà existants (contre indemnités) pour reconstruire de façon rectiligne ses propres constructions. Cela permettait aussi de laisser passer la cavalerie et relier les 6 gares de la ville, les transports et infrastructures ferroviaires étant en plein essor à l’époque.

Pour tout comprendre des immeubles haussmanniens : le style


La disposition des balcons aux étages est représentative de la société de l’époque. Ces immeubles ne sont pas réservés à une élite, mais plutôt aux familles moyennes. Concernant les hauteurs sous plafond, elles sont décroissantes au fur et à mesure que l’on monte les étages.

  • Le 1er étage était réservé aux commerçants, propriétaire de boutiques. Les fenêtres y sont moins hautes.
  • Les familles les plus riches se situaient au 2e étage, avec balcon.
  • Les étages 3 et 4 étaient généralement réservés à la petite bourgeoisie qui louait souvent leur logement aux familles du 2e étage. 
  • Le 5e étage, l’étage des classes modestes possèdent aussi un balcon, mais uniquement dans le but de conserver l’équilibre de la façade.
  • Le 6e étage était réservé aux domestiques, les fameuses « chambres de bonnes », ces appartements étaient faits de sorte à rejoindre les cuisines facilement. 

Les décorations intérieures : moulures en bois ou en plâtres situées dans les angles de plafonds, le long des murs, encadrant les portes ou la cheminée ; ainsi que les corniches et bossages sont également présents dans chaque immeuble haussmannien. De même, on retrouve le parquet en bois massif et la cheminée généralement en marbre qui servait à chauffer le salon. Le plan classique haussmannien comporte une cour intérieure (permettant l’aération et l’éclairage, cela a été pensé par les hygiénistes de l’époque), une « antichambre (grande entrée), de longs couloirs équipés de grandes fenêtres. On retrouvait également toutes les pièces à vivre d'aujourd’hui. Les cuisines étaient généralement situées au fond du couloir et la salle d’eau, du côté de la cour intérieure. Les immeubles les plus prestigieux possédaient une pièce dédiée à la réception.