Prix de l’immobilier ancien à Paris : Vers un record ?
Suite à l'épidémie du CoVid-19 et à la mise en place du télé-travail de l'ensemble de nos équipes, nous vous invitons à nous contacter de préférence par e-mail.

En savoir plus sur la Loi Monuments Historiques

Prix de l’immobilier ancien à Paris : Vers un record ?

Les prix de l’immobilier ancien à Paris devraient atteindre des records cet été.
Selon les estimations de la Chambre des notaires de Paris Ile-de-France, le prix moyen du mètre carré pour un appartement ancien sera de 8 800 € cet été. Le précédent record date de l’été 2012 (8 460 € le mètre carré).  Explications.


Prix de l’immobilier ancien à Paris : Une augmentation générale  

Au 31 mars 2017, le prix moyen était déjà de 8 450 € le mètre carré (une hausse de 5,5 % par rapport à l'année dernière). Le marché de l’immobilier ancien est dynamique, avec un volume de transactions record pour le premier trimestre (plus de 10 000).

Cette augmentation des prix est assez globale dans tous les arrondissements parisiens :

  • ► Plus de 10 000 € le mètre carré en moyenne dans le 1er, 3e, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e.
  • ► Plus de 11 000 € le mètre carré en moyenne  dans certains quartiers cossus (1er, 4e, 6e, 7e).
A l’inverse, il ne reste que 4 arrondissements en dessous de des 8 000 € en moyenne le mètre carré : les 13e (7 740 €), 18e (7 580 €), 19e (6 910 €, le moins cher de la capitale) et 20e (7 380 €).

Après être descendus à 7 880 € le mètre carré en moyenne pendant 3-4 ans, les prix des appartements parisiens sont orientés à la hausse depuis l’été 2015. La valeur des biens immobiliers est revue à la hausse dans la capitale à cause d'un stock très limité d'appartements à vendre, alors que la demande déjà forte s'accentue.
 

Prix de l’immobilier ancien à Paris : Un risque de tension


La demande est de plus en plus forte, dans un contexte où le taux du crédit immobilier est bas et où le prix est sur la pente ascendante. Il y a un risque de tension sur les 5 pièces à Paris. Ce risque de tension pourrait être la conséquence de plusieurs facteurs; notamment du Brexit, qui conduit à un surcroît de demandes. Les britanniques génèrent 10 % des transactions immobilières dans la capitale et se placent derrière les Italiens (17 %).

La volonté gouvernementale de vouloir concentrer l’ISF sur le seul patrimoine immobilier peut freiner cette hausse des prix. En effet, certains investisseurs immobiliers pourraient vendre leur bien; ce flux alimentait ainsi le marché.

La hausse des prix ne concerne pas seulement Paris, mais toute la France. Selon l’indice Notaires-Insee, la progression constatée de janvier à mars, par rapport à la même période en 2016, s’intensifie et se révèle plus forte pour les prix des appartements que pour ceux des maisons (+3,4 contre +2,6%).

Pour les contribuables souhaitant acheter un bien ancien à Paris, il existe de nombreux programmes éligibles en Monuments Historiques, permettant de réaliser d’importantes économies d’impôts.

Pour en savoir plus, contactez un expert de l’immobilier ancien.


Source : Leparisien.fr